Cadre de vie

Au Moulin Blanc, la conduite d'eaux usées changée en mai

Mis en ligne le

Longue de 900 m, vieille de 70 ans, la conduite d’eaux usées des communes de Guipavas, du Relecq-Kerhuon et d’une partie de Brest, va être changée. Ces travaux, d’un coût de 486 000 €, s’achèveront fin mai.

En mai 2019, la plage du Moulin Blanc a été interdite à la baignade. La cause ? Une fuite dans une conduite de refoulement des eaux usées. Après de longues recherches, Eau du Ponant a identifié la conduite problématique, sur l’ancien site des abattoirs. Les eaux usées des communes de Guipavas, du Relecq-Kerhuon et d’une partie de Brest y transitent avec un débit journalier équivalent au volume d’une piscine olympique.

Respect de l’écosystème

Marc Dufournaud, directeur d’Eau du Ponant, analyse : « La conduite, construite vers 1950, a été fragilisée par l’eau de mer ». Eau du Ponant entreprend donc les travaux pour un coût de 486 000 €, financés par les habitants via leurs factures d’eau et d’assainissement. 
Le chantier est essentiel pour Brest métropole qui tient au respect de l’écosystème de la rade et de la plage du Moulin Blanc. «Nous surveillons quotidiennement la qualité de l’eau grâce aux rapports de Labocea et la pollution reste peu fréquente », souligne Jean-Michel Le Lorc’h, vice-président de Brest métropole en charge de la proximité territoriale secteur Est . Fabrice Jacob, maire de Guipavas, ajoute : « Les riverains veulent simplement avoir l’assurance de pouvoir vaquer à leurs occupations sans danger ».

Viable pour un siècle

La conduite sera enterrée moins profondément et les tronçons seront soudés entre eux pour plus de solidité. Toutes les précautions sont prises pour offrir une viabilité de près de cent ans à cette nouvelle installation. 
Le chantier s’achèvera fin mai
. Les communes concernées ont participé à la logistique. « Nous avons organisé les différentes coupures routières. Heureusement, la période de confinement et les vacances scolaires ont réduit leur impact », observe Laurent Peron, maire du Relecq-Kerhuon.
Seul point de tension, le moment de bascule entre l’ancienne canalisation et la nouvelle : « Nous procéderons la nuit, car l’afflux d’eaux usées est moindre. Des cuves nous permettront de stocker l’eau en attendant que la nouvelle conduite soit opérationnelle. Les habitants ne se rendront compte de rien », indique Marc Dufournaud.