Culture

Art contemporain : Le Comœdia se fait un nom au-delà de Brest

Mis en ligne le

Le Comœdia, qui a rouvert il y a un an entièrement restauré, s’impose peu à peu auprès des collectionneurs comme un lieu incontournable de l’art contemporain. Le choix minutieux apporté à ses expositions est également plébiscité par le public.

« Même en rêve, nous ne pouvions espérer un tel démarrage, s’enthousiasme Lucille Fontaine, en charge de l’espace d’exposition du Comœdia. Nous sommes extrêmement satisfaits des échos des amateurs d’art contemporain, comme des visiteurs. Les expositions que nous programmons répondent à un appétit d’art ! » 
De fait, le grandiose Neptune sculpté au plafond par Jean-René Debarre, a vu défiler 10 000 visiteurs (hors collectionneurs) sur une période d’ouverture limitée à trois demi-journées par semaine. L’espace d’art Le Comœdia s’est donc rapidement fait un nom auprès du public, brestois et plus largement breton, avec une trentaine d’artistes présentés. 

Galerie ouverte sur le partage

Du côté des acheteurs, Parisiens et habitants du sud-ouest n’hésitent pas à parcourir des centaines de kilomètres pour découvrir le choix de la direction*, le tout mis en valeur dans une scénographie savamment soignée : «Il s’agit d’être ambitieux tout en pratiquant les prix les plus justes possibles, poursuit Lucille Fontaine. Pour celle sur l’art urbain, cela oscille entre 60€ et 32 000€. » Et autour du Comœdia, dans le carré des arts brestois, les visiteurs n'ont que quelques mètres à franchir pour se rendre au musée des Beaux-arts de Brest.

Révéler de nouveaux noms

« Monter une exposition sur l’art urbain fut un défi car nous ne savions pas comment le public et les clients allaient réagir. » Ils ont répondu présent ! En une douzaine d’après-midi, 1 800 personnes ont vu cette exposition collective qui fait la part belle à différents courants. S’y côtoient, jusqu’au 2 mai, des street artistes reconnus et des Brestois comme Wen2, Soemone ou encore le finistérien l’Outsider. « Nous voulons révéler des talents locaux. Ce n’est parce qu'ils ne sont pas exposés à Paris qu’ils ne sont pas bons ! » De l’audace donc, du partage et du renouvellement au programme du Comœdia, sous le regard vigilant du grand Neptune, positionnement maritime oblige ! 

* Propriété de la famille de Bob Lascar, dirigeant du groupe Omnium.

Des conférences avec les artistes viendront très prochainement compléter la programmation. Et la prochaine exposition ? « Ce sera radicalement différent et très engagé » promet Lucille Fontaine tout en gardant le secret.