Solidarité

A Brest, un immeuble pour l'accueil des réfugiés d'Ukraine

Mis en ligne le

Depuis le 9 mai, l’ex Foyer de l’Adoration accueille des réfugiés ayant fui la guerre en Ukraine. L’exemple d’une belle solidarité, portée conjointement par la ville de Brest, l’Etat et des acteurs associatifs et privés locaux.

L’ancien Foyer de l’Adoration accueille depuis lundi 9 mai une trentaine de réfugiés venus d’Ukraine. Un "sas" pour ces familles, rendu possible par la collaboration active entre la ville de Brest, l’association Maison St Joseph, Bouygues immobilier et l’Etat. 

La ville à la manœuvre

Dans le cadre de la guerre en Ukraine, l’Etat a sollicité les collectivités, afin de trouver des lieux d’hébergement pour les Ukrainiens ayant fui leur pays en guerre. Le maire de Brest, François Cuillandre, avait pris l’engagement, auprès du préfet Philippe Mahé, de rechercher des solutions en ce sens. 

Jusqu’au 31 octobre

C’est aujourd’hui chose faite, la ville ayant pris contact avec l’association Maison St Jospeh, propriétaire de l’ex Ehpad de l’Adoration, ainsi qu’avec Bouygues immobilier, le futur acquéreur de cet immeuble. Les parties ont convenu la mise à disposition du lieu à l’Etat, à titre gratuit, jusqu’au 31 octobre 2022. 

100 places d’hébergement

Une convention a été signée entre les parties, qui a permis de voir l’association Maison Saint Joseph et Bouygues remettre le site en état de fonctionnement. La ville de Brest prendra quant à elle en charge le coût des fluides (eau, gaz, électricité)
L’Etat a conventionné avec Coallia, qui a aménagé et gère cet hébergement pour les protégés temporaires en provenance d’Ukraine. Progressivement, la capacité d’accueil y augmentera, et le lieu pourra accueillir jusqu’à 100 adultes et enfants

Engagement collectif 

Dans cet effort de solidarité avec le peuple ukrainien, toutes les parties ont mis la main à la pâte, chacun à son échelle. Des entreprises privées ont également pris part au mouvement, dont l’entreprise Top service Brest pour la remise en état des lieux, ainsi que les magasins But et Conforama, et la fondation Ikéa, pour permettre un fonctionnement rapide de l’hébergement.