Economie, entreprises

A Brest, 60 ans de guerre des mines !

Mis en ligne le

La Direction générale de l’armement - Techniques navales de Brest a fêté ses 60 ans le 11 octobre. A l’intérieur de cette enceinte, où toutes les opérations qui se déroulent sont classées secret défense, la totalité du domaine naval et de la guerre des mines est analysé.

Bienvenue dans un univers secret défense, où travaillent une soixantaine de personnes, dont la plupart sont des ingénieurs et des techniciens, et où le pourcentage de personnel militaire avoisine les 10 %. Ici, dans l’enceinte de la Direction générale de l’armement (DGA) – Techniques navales de Brest, on s’est fait une spécialité : « Celle de la guerre des mines, et de la prévention des menaces que ces engins explosifs représentent », détaille le commandant Franck*, représentant du site brestois.

Implantés sur les façades maritimes, à Brest et Toulon, les services de cette antenne de la DGA sont les grands spécialistes des systèmes navals, et travaillent exclusivement pour la Marine nationale. Sur Brest, DGA –Techniques navales a fêté ses 60 ans d’existence le 11 octobre.

Optimisation des signatures sous-marines des bâtiments

Classé comme point d’importance vitale au niveau de la Défense, le site brestois œuvre principalement dans la guerre des mines, engins explosifs représentant évidemment un immense danger pour les navires et sous-marins. « Notre travail, au quotidien, est d’analyser les différents types de menaces, afin de diminuer le risque que fait peser sur la flotte le fait de “réveiller” une mine sous-marine, explique Bruno* , ingénieur. Grâce à de nombreux outils de pointe, nous analysons la signature sous-marine des navires, afin de leur faire atteindre une discrétion la plus optimale possible. »
Un véritable savoir-faire qui se décline à l’intérieur de tout l’établissement, et qui nécessite des analyses régulières sur les bâtiments de la Marine. A ce titre, des tests sont principalement réalisés du côté de Lanvéoc, sur un site dédié. Dans le cas des chasseurs de mines notamment, ces analyses doivent être réalisées tous les ans.  

*L'anonymat est de mise à l'intérieur de l'établissement.