Aménagement du territoire

Voie de liaison Nord-Lambézellec. Reprise des procédures

Mis en ligne le

Suite à une décision de la justice administrative, Brest métropole doit reprendre le dossier de la voie de contournement dite du Nord-Lambézellec. La concertation du public est prévue dès le début d’année 2018.

Suite à l'annulation de la Déclaration d'utilité publique du projet, Brest métropole relance le dossier de la voie de contournement Nord Lambézellec - , .JPG 566Ko () Suite à l'annulation de la Déclaration d'utilité publique du projet, Brest métropole relance le dossier de la voie de contournement Nord Lambézellec

Suite à la décision de la cour administrative d’appel de Nantes, qui a confirmé le 20 novembre l’annulation de la déclaration d’utilité publique (DUP) du projet de voie de contournement dite Nord-Lambézellec, Brest métropole s’engage dans un redémarrage des procédures administratives qui permettront d’aboutir à la réalisation de cet itinéraire alternatif au boulevard de l’Europe.

« Raisons de pure forme »

Cette annulation puise ses motifs dans « des raisons de pure forme », rappelle Jean-Luc Polard, vice-président de Brest métropole en charge des services à la population.
Elle se base en effet sur la non-conformité de la DUP au plan d’occupation des sols, lequel avait remplacé le Plan local d’urbanisme, suspendu un temps.  Depuis, celui-ci a été rétabli. Et la DUP est bel et bien conforme à ses exigences…  Complexité administrative, quand tu nous tiens…

« Trois ans de plus »

Il n’empêche. La confirmation apportée par la cour d’appel de Nantes oblige à reprendre les procédures à zéro. « Il y en a pour trois ans, et cela aura un coût que nous estimons à environ 500 000 euros », précise l’élu.
Dès le début d’année prochaine, la concertation avec les habitants et habitantes de Brest métropole va donc repartir « autour d’ateliers participatifs, de visites de terrains… Le tout afin que les gens prennent bien la mesure du projet, de sa réalité », précise-t-on à Brest métropole.

« Projet d’intérêt public »

Il faudra aussi réenclencher les inventaires de la faune et de la flore, les études d’impact… Un nouveau départ donc, pour un projet « dont l’intérêt public est véritable. Il s’agit là, notamment, d’améliorer la desserte du centre hospitalier régional universitaire. Et le projet permettait aussi de désengorger le boulevard de l’Europe, qui supporte aujourd’hui un trafic de 25 000 véhicules par jour », rappelle Jean-Luc Polard.
Pour mémoire, le bilan de la dernière concertation publique avait réuni 163 avis, dont 109 favorables au projet.

 

 

Commentaires

Votre commentaire sera publié après avis du webmaster du site.