Vivre ensemble, Déplacements

Un véhicule pour lutter contre le stationnement anarchique

Mis en ligne le

Le stationnement anarchique fait l’objet d’une politique dissuasive sur Brest métropole. Et le lancement, la semaine prochaine, d’un véhicule à lecture automatisée des plaques d’immatriculation va encore la renforcer.

Un véhicule de marque Renault, de type Zoé, électrique, habillé d’un panneau à gyrophares, et sérigraphié « Régulation du stationnement ». Voilà la nouvelle voiture que les visiteurs de l’hyper-centre de Brest métropole vont voir patrouiller la semaine prochaine dans les rues de la ville. Elle embarque un dispositif baptisé LAPI-VAO (lecture automatisée des plaques d’immatriculation-verbalisation assistée par ordinateur). 

Viser la prise de conscience

Son but : constater les infractions au stationnement gênant et très gênant (trottoirs, pistes cyclables…), et photographier le véhicule fautif, pour le verbaliser à hauteur de 135 euros. « On estime à 400 voire 500 véhicules par mois qui sont stationnés de manière anarchique dans l’hyper-centre, pose Yohann Nédelec, vice-président de Brest métropole en charge des déplacements. Il s’agit d’une incivilité insupportable pour les piétons. »
Après une campagne contre ce même stationnement anarchique (« Arrêtez de faire l’autruche »), Brest métropole use donc d’un nouveau système avec lequel elle espère une prise de conscience des automobilistes.

Un bilan dans un an

Munie de caméras balayant en même temps les deux côtés de la rue, la voiture LAPI tournera à partir de 9 heures, et jusqu’à 21 heures. « Mais nous ne sommes pas dans une surveillance généralisée de la voie publique, explique Yann Guével. La voiture ne déclenche sa photo que sur ordre de l’agent assermenté en charge de la piloter en temps réel ! ».
A noter également que seules les infractions au stationnement anarchique seront couvertes par le véhicule LAPI. Le stationnement payant, lui, reste à la charge des agents verbalisateurs. Un bilan de ce nouveau dispositif sera effectué dans un an. Son utilisation pourra être élargie à d’autres quartiers brestois, voire même sur les communes de la métropole.

Commentaires

Votre commentaire sera publié après avis du webmaster du site.