Economie, entreprises

Technopôle Brest-Iroise. Pépites maritimes... et célestes !

Mis en ligne le

Le Technopôle Brest-Iroise a tenu, hier, son assemblée générale. Au menu : un retour sur les succès de 2017, et les premières belles perspectives sur 2018. Avec, notamment, une possible ouverture des richesses locales vers le domaine du spatial !

L'année 2017 aura notamment vu du renouvellement à la tête du Technopôle Brest-Iroise, avec Michel Gourtay à la présidence, et Françoise Duprat à la direction.  - , .JPG 3.0Mo () L'année 2017 aura notamment vu du renouvellement à la tête du Technopôle Brest-Iroise, avec Michel Gourtay à la présidence, et Françoise Duprat à la direction.

2017 aura marqué une sacrée évolution pour le Technopôle Brest-Iroise, et l’année 2018 s’annonce également riche en renouvellement.  Au-delà du déménagement du siège pour la pointe du diable, et le passage de relais, avec une nouvelle directrice, Françoise Duprat, et un nouveau président, Michel Gourtay, le Technopole a aussi largement renouvelé ses usages et les possibilités offertes aux acteurs économiques du territoire. Et ce grâce, notamment, à la mise en œuvre de la feuille de route de la French tech Brest +, mais aussi au lancement opérationnel du Campus mondial de la mer.

13 millions pour l’innovation

L’an dernier, plus de 70 entreprises innovantes du territoire ont été accompagnées par le Technopôle, et 13 millions d’euros levés par les acteurs de l'innovation du territoire. « Nous nous développons désormais sur un territoire à géométrie variable, qui s’adapte aux besoins des porteurs de projet », précise Françoise Duprat. Ce qui vaut notamment pour la sphère de la French Tech Brest +, qui va de Brest à Lannion, en passant par Quimper et Morlaix.

Le spatial dans la ligne de mire


Mais les coopérations pourraient très vite s’étendre à la Bretagne tout entière, voire à tout le nord de la France, avec la candidature, portée par Brest et Nantes, à l’accueil d’un incubateur d’entreprises relevant du domaine du spatial !
« Nous avons à Brest un regroupement remarquable d’acteurs de ce secteur, mais cela ne se sait pas. Nous postulons donc à un label européen, qui nous permettrait d’accueillir des entreprises relevant du spatial et travaillant à des applications dans d’autres domaines », pose Françoise Duprat.
Brest fera d'ailleurs partie de 17 villes françaises qui participeront, les 25 et 26 mai prochains au concours international sur l'innovation spatiale Act in Space. Ce Hackhathon de l'espace se déroulera au Village by CA des Capucins.    

Commentaires

Votre commentaire sera publié après avis du webmaster du site.