Numérique, Economie, entreprises

Pledg en phase de croissance grâce à la fintech brestoise

Mis en ligne le

Elle a choisi Brest pour son environnement FinTech et ne le regrette pas. Elle, c’est Pledg, startup qui propose aux usagers d’acheter en ligne, à plusieurs et, au marchand, d’être payé tout de suite. Ancrée à Brest, cette pépite fait ses preuves à Paris.

, .JPG 7.3Mo () Nicolas Pelletier et Benoît Liénard, fondateurs de Pledg
© Chall

Le public de la Carène a déjà pu expérimenter cette solution de paiement à plusieurs. « Elle un réel intérêt pour un public jeune, qui vient aux concerts entre copains », commente Gwenn Potard.
A la différence des cagnottes,qui nécessite un peu de temps et d'organisation, « Pledg permet d’obtenir tout de suite son achat collectif  sans faire d'avance et, au commerçant, d’être payé immédiatement, explique le cofondateur Nicolas Pelletier. Notre solution s’assure que le « leader » dispose de la somme globale sur son compte mais il ne fait pas l’avance, c’est nous qui le faisons. Nous laissons deux jours aux autres participants pour s’acquitter de leur dû. Sinon on prélève le leader. Mais cela n’est pas encore arrivé. » La Carène, lieu d’expérimentation de nouveaux usages, active cette solution selon les soirées.

Rapprochement avec le CM Arkea

Pour faire décoller Pledg, il faut aller vite, très vite : « Cet été, nous espérons être opérationnel auprès d’une douzaine de grands e-commerces », appuient Nicolas Pelletier et Benoît Liénard. Ce développement réalisé avec l’IMT Atlantique Brest est en déploiement auprès de la plateforme TickeTac, bientôt auprès d’Eurolignes et d’Easy Lignes. Il intéresse Air France pour son offre « June »… Et le crédit mutuel Arkea. Déjà présente dans le paiement collaboratif à travers sa filiale Mangopay (marque Leetchi), elle trouve en Peldg une brique manquante. Un développement autour d'une carte virtuelle collective (de type Virtualys) est en cours.

Mais Arkea n’est pas la seule intéressée. Pledg vient d’intégrer le Swave, aux côtés d’une trentaine de jeunes pousses de la bancasssurance, incubateur de l’agence de développement économique Paris&Co et largement soutenue par la Société générale.

Un soutien local fort


Pour Brest, une telle pépite démontre « tout le potentiel d’un écosystème qui attire les startups fintech », souligne Françoise Duprat, directrice du Technopôle. A court et moyen terme, ce sont des recrutements de développeurs qui se profilent ici, la force commerciale restant à Paris (6 personnes).

Soutenue par le Technopôle Brest Iroise et l’IMT Atlantique, la French Tech Brest+, Pledg a convaincu Initiatives Pays de Brest qui lui a octroyé un prêt d’honneur de 50 000 euros, assurant un effet levier. Nestadio (Morbihan) et des business angels ont suivi. 1,2 M€ ont été rassemblés et une autre levée de fonds « de plusieurs millions d’euros » est en ligne de mire cette année.

Commentaires

Votre commentaire sera publié après avis du webmaster du site.