Sciences, Enseignement

L’Enstartups, un nouvel incubateur technologique

Mis en ligne le

Une forte connotation technologique, telle est la valeur ajoutée du tout nouvel incubateur de l’Ensta Bretagne, Enstartups, tourné certes vers l’ingénierie mais avec une volonté d’ouverture sur l’écosystème entrepreneurial. Six startups y sont déjà hébergées.

« En venant ici, nous disposons des moyens nécessaires à notre développement R&D, explique Théo Desprez, cofondateur avec Thibault Uguen de Fil&Fab. Nous avons pour objectif de valider notre procédé de recyclage des filets de pêche en matière plastique d’ici un an. »

Hébergement et accès aux salles d’essais

Cette startup lancée il y a deux ans a remporté des appels à projets qui lui ont permis de se constituer un budget de développement. Manquait un lieu de validation de son process industriel.
Elle a été repérée lors de la Ouest Startups, par le responsable d’Enstartups, Antonin Raffarin, diplômé de l’Ensta Bretagne, également à la tête d’Inobo, ces planches de kite surf évolutives bientôt en commercialisation*. « L’intérêt pour une startup est d’être hébergé, en co-working pendant l’idéation, puis dans un bureau en phase de lancement, mais aussi de pouvoir utiliser notre laboratoire de recherche tout en étant en contact avec les enseignants et les étudiants. »
L’activité robotique avec un bassin d’essai fait aussi la réputation du lieu. D’où la présence dans l’incubateur d’Ianira de Jean Broch, ingénieur de l’Ecole navale et de l’Ensta Paris Tech, qui voudrait développer un robot autonome de plongée.
Pour Mickael Label-Richardson, concepteur d’écrins originaux pour objets précieux (Niroji), la salle de prototypage va permettre de lancer les premiers modèles commercialisés dans deux mois : « Avant d’investir dans des outils coûteux, nous allons pouvoir les tester. »

Sensibiliser les ingénieurs à l’entrepreneuriat

L’ Enstartups vise à favoriser l’esprit d’entreprise au sein de l’école formant 900 ingénieurs.
« Nombreux sont les étudiants qui veulent entreprendre mais n’ont pas d’idées, d’où la mise en place de séances de créativité et de recherche de problématiques, poursuit Antonin Raffarin. Ils auront des cours dédiés, participeront à des concours comme celui d’Entrepreneurs de Bretagne. Le statut d’étudiant entrepreneur proposé par Pépite Bretagne va dans ce sens. »

Un comité de conseils

Un comité de conseils valide les différents jalons de la création. Le fonds de dotation Yao a rejoint l’aventure de l’incubateur, déjà adhérent de la French Tech Brest +. « Notre réseau de chefs d’entreprise bénévoles aide les porteurs de projets entre 18 et 30 ans à gagner du temps et éviter les pièges inhérents à la création. »
Déjà fortement présent à travers la Ouest startups et le suivi des projets incubés, « le Technopole apportera son expertise de pilotage de projets, d’intégration dans des réseaux et de candidatures aux dispositifs financiers régionaux », a commenté la directrice Françoise Duprat.
« Nous sommes en discussion avec l’IMT Atlantique pour développer des passerelles », indique Pascal Pinot, directeur de l’Ensta Bretagne.  Ceci afin de donner toutes leurs chances de réussite à ces startups ayant envie de s'ancrer sur le territoire.

*Une phase de crowdfunding sera bientôt lancée sur KissKissBankBank

Enstartups, 2 rue François-Verny à Brest, propose deux années d’incubation à 10 startups.
Contact : antonin.raffarin@ensta-bretagne.org

Les startups incubées : Inobo, Ianira, Fil&Fab, Solipub, Niroji, Freeziks




Commentaires

Votre commentaire sera publié après avis du webmaster du site.