Culture

La Carène prend des couleurs pour ses dix ans

Mis en ligne le

Elle en impose déjà ! Depuis quelques jours, La Carène se pare des nouvelles couleurs d’une fresque qu’un collectif de graffeurs a imaginée pour ses 10 ans.

Ils se sont donné deux semaines pour y arriver mais en quelques jours, la fresque attire déjà bien des regards. Papy, Pakone et Wen 2 se relaient jour et nuit, entre les gouttes, pour composer une oeuvre particulièrement graphique qui a remporté l’appel à candidatures lancé par La Carène.
« Nous avons reçu une vingtaine de dossiers et sur les quatre équipes sélectionnées, c’est la maquette brestoise qui l’a emporté à l’unanimité », indique Gaëlle Abily, vice-présidente de Brest métropole en charge de la culture.

Le grand carénage

Pour ses dix ans, la salle des musiques actuelles s’est offerte un bon nettoyage en profondeur (coût : 20 000€) et un graffiti monumental de 415 m2 jusqu’à 3,20 m du sol  (10 000€). Un projet qui entre en résonance avec son environnement : depuis la fin des années 80, « le port de Brest est un énorme terrain de jeu pour les graffeurs », commente Papy.

Baptisé Projet 00, ce collectif de graffeurs émérites, qui a posé ses couleurs à la surface de bien des pays, s’est démené pour obtenir le projet : « Nous, ce qui nous intéressait, c’était de prendre la Carène ! », s’enthousiasme Ariane, présidente de l’association.
Ce lieu culturel fait en effet "frontière" entre les murs d’expression des graffeurs et le reste du port. Les tags qui recouvraient sa façade témoignaient d’ailleurs du défi qu’il représentait pour certains.
A présent, une composition complexe mêlant figuratif (grues, voiles…) et abstraction, va intégrer complètement ce navire amiral culturel à son environnement, entre mémoire ouvrière et graffiti contemporains. Et témoigner du passage de graffeurs de l’ombre, qui s’exerçaient rue de Madagascar pour Pakone et Wen2, au statut d’artistes reconnus internationalement.




Commentaires

Votre commentaire sera publié après avis du webmaster du site.