Santé

La cancer de l’intestin, si simple à dépister !

Mis en ligne le

Deuxième cancer le plus mortel en France, le cancer colorectal n’en demeure pas moins l’un des plus simples à diagnostiquer. L’opération Mars bleu, menée par l’association pour le dépistage des cancers du Finistère (Adec29), doit permettre au plus grand nombre de se faire dépister.

Avec 43 000 nouveaux cas chaque année en France, et 18 000 décès, le cancer colorectal est un réel enjeu de santé publique. Deuxième cause de décès par cancer en France, il n’en demeure pas moins l’un des cancers les plus aisés à diagnostiquer, par le biais d’un test fiable, performant, réalisable chez soi, et gratuit, dès lors que l’on est un homme ou une femme de 50 à 74 ans

Médecins et pharmaciens habilités

« Et, pour celles et ceux qui y sont éligibles, la démarche est on ne peut plus simple, explique le docteur Françoise Bommelaere, de l’Adec29. Il s’agit d’abord d’en parler à leur médecin ou à leur pharmacien, qui leur permettra ensuite de récupérer un test qu’ils réaliseront chez eux. Le cancer colorectal est insidieux, et ne s’accompagne d’aucun symptôme particulier. Avec le test, on détecte alors des traces de sang microscopiques dans les selles, qui peuvent témoigner de la présence d’un polype à l’intérieur du gros intestin. En cas de test positif, les personnes se voient alors prescrire une coloscopie. »

De l’intérêt du dépistage précoce

De nombreuses actions de sensibilisation, portées par l’Adec29 et ses partenaires (agence régional de santé, l’assurance maladie du Finistère, la ligue contre le cancer…), seront menées tout au long du mois de mars. Une bonne occasion de se pencher sur le cancer colorectal, et de ne pas le laisser dormir puisque, dépisté tôt, il peut être guéri dans 9 cas sur 10. Le dépistage de la maladie est organisé tous les deux ans.

Commentaires

Votre commentaire sera publié après avis du webmaster du site.