Sport

Gouren. Le champion Ewen Salaun médaillé de la Ville

Mis en ligne le

Ewen Salaun a décroché sept titres européens. Sa spécialité ? Le Gouren, un sport qui se popularise et qu’il pratique dans le club brestois le plus titré de Bretagne. La Ville vient de lui remettre une médaille.

Christian Salaun, père et entraîneur du champion, regardait avec émotion Ewen recevoir la médaille de la Ville de Brest, des mains de Patrick Apperé, adjoint aux Sports. Depuis l’âge de cinq ans, « avant même de savoir marcher » selon le président du Skol Gouren Brest (https://www.facebook.com/Skol-Gouren-BREST-SGB--315337039808/), Mickaël Coadic, le Brestois avait tâté du tapis jaune. 
Selon le vice-président et artiste Jérôme Durand, « entré dans le club par mes enfants », Ewen Salaun est un « un champion d’exception, qui a ramené beaucoup de titre au club qui fête ses 20 ans cette année. »

Une pratique en développement

Sur les 25 clubs du Finistère et 800 licenciés, 5 se trouvent à Brest. Skol Gouren Brest compte 50 lutteurs, à partir de 7 ans. Il a à son actif 10 titres consécutifs sur le challenge breton des séniors en équipe. Le Gouren prend peu à peu place dans les choix sportifs des enfants, 10 000 scolaires étant désormais initiés. L’appui de la Ville contribue également à la vivacité de ce sport notamment à travers l’organisation des championnats d’Europe à l’Arena l’an passé. 

La présence de 12 nations européennes, des américains et des congolais, démontrent que le Gouren n’est plus seulement celtique mais s’internationalise. « Il se popularise aussi, explique Ewen. Par exemple aux Canaries, c’est le sport national. » 

Les 20 ans du club

Ewen Salaun, 30 ans, est tombé dedans tout petit. Son père Christian a fondé le club il y a 20 ans ; son frère Yohann travaille pour la fédération régionale et son autre frère Gurvan, est aussi lutteur. 
Au rythme « de quatre à cinq entraînements par semaine, plus le footing », il se prépare pour les tournois de la saison d’été, jonglant avec sa vie de famille et son emploi chez Corentin Martins. Rien de rebutant pour celui qui définit le lutteur comme un sportif « déterminé, malin et qui ne lâche rien ! »

 

Commentaires

Votre commentaire sera publié après avis du webmaster du site.