Economie, entreprises

Goelette Séverine : mise à l’eau d’un bijou d’élégance et de technologie

Mis en ligne le

Ce 26 juin, le Chantier du Guip a procédé à la mise à l'eau de deux navires aux destinées très différentes : le Patron François-Morin, canot de la SNSM pour l'île d'Ouessant et la goélette de luxe Séverine, sous les yeux des propriétaires.

« Cette goélette a nécessité 20 000 heures de travail, expose Louis Mauffret, co-dirigeant des Chantiers du Guip à Brest avec Yann. Nous avons tout refait, désossage, réfection de la coque, aménagement entièrement neuf avec des matériaux de luxe utilisés notamment en lutherie comme le Sycomore. »

Recrutements à prévoir

Ce navire super luxe, répondant au prénom de Séverine, est un bijou de technologie puisque le Chantier a aussi intégré une installation domotique appelée « buscan » qui permet de tout contrôler à l’aide d’un bouton. « On a déjà fait ça, précise Louis, et on le fait nous-même. » Roof, pont, moteur… tout est neuf. La goélette de 25 tonnes a été délicatement posée sur l’eau quai Malbert par les grutier de AltéAD et les compagnons du Chantier, sous l’œil ému et ravi de leurs heureux propriétaires et des badauds. Il reste visible encore 15 jours à Brest avant de gagner les Antilles.
Une heure avant, c'est le Patron François-Morin, canot de la SNSM pour l'île d'Ouessant, qui a également été mis à l'eau.
Quant au Chantier, il enchaîne les beaux projets comme le Pen Duick I, et a dépassé le cap des 30 salariés cette année « soit 10 de plus en un an et on compte tourner entre 30 et 40 personnes pour assurer les commandes », conclut Louis. Nul doute que le Séverine portera haut les couleurs des charpentiers de marine brestois dans le monde de la voile de luxe.

 Album complet visible sur la page Facebook de Brest.fr

Commentaires

Votre commentaire sera publié après avis du webmaster du site.