Culture

François 1er de passage à Brest le 14 septembre... 2018 !

Mis en ligne le

500 ans après sa venue au château de Brest, qui se confondait alors avec la ville, le roi François 1er va faire une réapparition remarquée le 14 septembre au musée de la Marine, en ouverture des journées du patrimoine. Une reconstitution historique gratuite qui se poursuivra à Saint-Renan (18) et Lesneven (21).

Il faut imaginer Brest en septembre 1518 comme une forteresse de 1 500 âmes et quelque 450 habitations dans son enceinte. « Le port de Brest joue alors un rôle important dans l’armement des navires de guerre et l’enrôlement des marins, mais la place économique était située du côté de Lesneven, commente Jean-Yves Besselièvre, administrateur du musée de la Marine, co-organisatreur de l’événement avec Brest Terres océanes. Pour situer le contexte, nous sommes 6 ans après la bataille de la Cordelière avec les Anglais et une quinzaine d’années après la visite d’Anne de Bretagne, belle-mère de François 1er. »  

Le cortège attaqué à Lesneven

Peu connu, cet unique passage royal à Brest (entre le 15 et le 18 septembre), puis à Saint-Renan et à Lesneven, sort de l'oubli grâce à la persévérance de l’historien Alain Boulaire, qui a épluché minutieusement les documents comptables de l'époque. « C’est là qu’il a appris qu’une maison ayant brûlé lors de son passage à Saint-Renan, François 1er lui-même a signé une ordonnance octroyant 500 livres de dédommagement à l’infortuné propriétaire. »
« Il a aussi appris qu’un certain Jehan Marrec, surnommé l’Attila de Lesneven, avait attaqué la garde de François 1er et de la reine Claude ! », indique Nicolas Kermarec, adjoint au maire de Lesneven en charge du patrimoine.  

Des reconstitutions avec chevaux et armures

Que de rebondissements pour cet épisode de quelques jours, oublié de l’histoire et qui sort au grand jour grâce au musée de la Marine et Brest Terres Océanes.
« Les animations sont gratuites et visibles par tous, précise l’administrateur. A 18h30, François 1er sortira du château à cheval, en cortège avec des hommes armés. Puis des combats se dérouleront sur l’esplanade du château. »
L’animation équestre, dans les douves, est assurée par Festi-cheval, avec 6 chevaux et 12 cavaliers, tandis que les reconstitutions de combats seront réalisés par les associations Ar Soudarded. « Une vingtaine de figurants avec armures, armes feront de la pédagogie sur les techniques de combat », commente Kentigwern Jaouen. Les dames de cours et gens d'armes vivront sous les traits des comédiens de l'Hermine radieuse. Venez donc vous plonger dans le début du 16e siècle !

  • Vendredi 14 septembre, de 18h30 à 20h30, à l’entrée du château et sur l’esplanade, gratuit. 
  • 18 septembre, à Saint-Renan, place du Vieux Marché (visite de caves médiévales, dégustation de vins médiévaux)
  • 21 septembre, de 19h à 21h30, place du Château, causerie sur Jehan Marrec, l'Attila de Lesneven et concert a cappella à 20h30

Que venait donc faire le roi de France à Brest ? « On pense qu’il venait constater des travaux dans le château, engagés par le duc François II, père d’Anne de Bretagne et donc grand-père par alliance, indique Jean-Yves Besselièvre. Et aussi asseoir son pouvoir royal. »

 

 

 

Commentaires

Votre commentaire sera publié après avis du webmaster du site.

Commentaires (1)

  1. Posté le 13-09-2018 à 18:09 par Michel

    En 1518, en Bretagne, François 1er n'était pas le roi. Il n'était que le prince consort. Même si le souverain en titre lui laissait les commandes du duché. Ce n'est qu'en 1524 qu'il devient officiellement le régent. Seulement. Mais toujours pas le roi.

    Dire "le roi" sans autre précision dans ce contexte c'est comme dire "le président" sans autre précision quand monsieur Trump assiste au défilé du 14 juillet.
    • 1