Jeunesse, Sciences

Fête de la science : l’écovolontariat pour voir la science autrement

Mis en ligne le

Etudiante à l’UBO en master 2 Génétique, Anaïs Le Nabec revient d’une mission de trois semaines à Madagascar en tant qu’écovolontaire. Elle expose des photos de son périple scientifique dans le massif du Makay, lors de la fête de la science, au Quartz, ce 14 octobre.

Ecovolontaire auprès de l’association Naturevolution, Anaïs Le Nabec est partie en mission dans le massif montagneux du Makay, à Madagascar, riche en biodiversité.
Du 20 juillet au 12 août, elle a vécu le bivouac dans un campement de 80 personnes, entre 18 et 75 ans. « Nous devions choisir une discipline une fois sur place et j’ai opté pour l’archéologie, relate la jeune femme de 22 ans. 

Archéologie et aventure

Après neuf heures de marche, entre le dernier village du Makay et le campement, la mission scientifique a posé ses bagages en pleine nature, dans des tentes longeant la rivière. « J’ai été d’emblée très impressionnée par le lieu magnifique, entre 500 et 1000 mètres d’altitude, qui se déploie à perte de vue. Nous partions en expédition pour découvrir des grottes où l’on trouve des peintures, des poteries. Mes compagnons ont découvert des tombeaux après mon départ, ce qui me fait regretter de n’être pas restée plus longtemps*. Je notais le point GPS de notre découverte, décrivais les éléments retrouvés, la taille des grottes etc. L’archéologie est une discipline toute nouvelle pour moi. »

Anaïs Le Nabec expose les photos de cette région inconnue des Malgaches eux-mêmes au Quartz, dans le cadre de la fête de la science qui dure  jusqu'au dimanche 15 octobre, (stand 13).

L’exposition sera également accrochée à la faculté des sciences courant novembre.
Pour découvrir son aventure : Challenge Makay

* Les missions d'écovolontariat durent entre 3 et 6 semaines dans le cadre de Naturevolution

Commentaires

Votre commentaire sera publié après avis du webmaster du site.