Economie, entreprises, International

Deux sociétés brestoises en première ligne à Paris

Mis en ligne le

Sélectionnées parmi 80 autres sociétés françaises, deux entreprises brestoises se rendront à Paris les 18 et 19 septembre pour défendre leurs produits. Zoom sur My movie up et Move'N see, qui tenteront de séduire le plus grand nombre d'investisseurs dans le cadre de l'opération CCI Findays 2017, qui vise à aider les PME et les startups à se développer.

, .JPG 1.9Mo () Eric Willemenot et Léna Roudaut tenteront de séduire le maximum d'investisseurs lors des CCI Findays 2017, à Paris, fin septembre. Les entreprises des deux Brestois ont été sélectionnées parmi 80 dossiers en France.
© Dam Goret

Avec My movie up, créée fin 2014, Léna Roudaut a eu une idée simple : proposer aux entreprises une solution clé en main de montage vidéo au rendu professionnel. Partie d'un postulat simple, la jeune femme a très vite compris l'intérêt que pouvaient revêtir l'ajout de films pour une société : "Sur son site internet, une société a 50 fois plus de chances de figurer en première page du moteur de recherche Google dès lors qu'elle propose de la vidéo. Par ailleurs, on sait que 74 % des personnes sont plus enclines à acheter un produit si on leur en fait la démonstration via un film de présentation". Commercialisée début 2017, la solution My movie up a déjà séduit un bon nombre de clients, dont beaucoup dans le secteur immobilier, où la valeur ajoutée de la vidéo semble effectivement évidente pour proposer des visites virtuelles des biens. Par le biais d'un simple abonnement à une plateforme internet, l'utilisateur bénéficie d'une interface à l'intuitivité remarquable, qui lui permet de monter des films plus ou moins longs, à la réalisation effectivement bluffante.

Le pitch final des CCI Findays 2017 représente, pour la chef d'entreprise, "une belle opportunité d'entrer en contact direct avec des investisseurs qui, s'ils sont séduits par le produit, permettront d'accélérer le développement de la startup". 

Le robot caméraman de Move'N see 

Dans le domaine de la vidéo toujours, mais cette fois-ci côté réalisation, le Pixio d'Eric Willemenot, produit de sa société Move'N see, est tout aussi incroyable : trois petits boîtiers situés dans une pièce ; sur l'un d'eux est monté une caméra quelconque ; et un utilisateur muni d'une montre captant les signaux desdits boîtiers. Résultat : dès que l'utilisateur se déplace, la caméra le suit comme son ombre. "Avec Pixio, l'acheteur se dote d'un robot caméraman personnel", explique le chef d'entreprise. Petit détail : la solution se veut très grand public, puisque vendue moins de 700 euros. Elle peut filmer jusqu'à 100 mètres de distance. Plusieurs milliers de robots ont déjà été vendus dans le monde entier, dont une bonne partie aux Etats-Unis, depuis qu'Eric Willemenot en a lancé la commercialisation en 2015. Il faut imaginer l'intérêt que revêtent ces robots dans le domaine du sport, par exemple, où ils permettent l'étude de tous les déplacements des sportifs. Pour la petite histoire, l'entreprise Move'N see possède déjà un marché conséquent auprès des églises évangéliques américaines. Aux CCI Findays, Eric Willemenot espère toucher assez d'investisseurs qui permettront de faire évoluer un produit qui, sur des plateaux télé, pourraient par exemple, également, faire fureur.

 

www.findays.cci.fr, https://my-movieup.com et https://shop.movensee.com  

 

 

Commentaires

Votre commentaire sera publié après avis du webmaster du site.