Habitat

Brest métropole habitat vent debout contre le projet de loi Logement

Mis en ligne le

Pour Brest métropole habitat, bailleur social du territoire, la baisse de l’aide personnalisée au logement (APL) annoncée ces derniers jours pourrait impacter nombre d’investissements programmés sur le parc de logements sociaux.

, .JPG 2.2Mo () L'annonce de la baisse de l'aide personnalisée au logement fait craindre le pire à François Cuillandre et Georges Bellour, président et directeur général de Brest métropole habitat.
© Dgoret

« Si la mesure passe, c’est le modèle même du logement social français, unique en Europe, qui serait menacé ».
Le sentiment est partagé par François Cuillandre, président de BMH, et Georges Bellour, son directeur général. L’annonce de la baisse de l’APL aux locataires de logements sociaux, à hauteur de 5 euros par mois, fait en effet craindre le pire aux offices publics de l’habitat. « Quand on parle d’opération blanche pour les locataires, dans le sens où les organismes devront réduire leur loyer de 50 à 60 euros mensuels, ce n’est rien d’autre qu’un leurre, appuie Georges Bellour. Pour BMH, par exemple, avec ses 9 903 bénéficiaires de l’APL, cela représente une perte de loyers de plus de 7 millions d’euros sur une seule année. » 
Ce qui entrainerait une réduction de l’entretien du parc, une diminution de la production de bâtiments, alors même que la demande existe, et des conséquences évidentes sur le BTP

18 700 logements

« Dans les dix ans à venir, BMH avait d’ores et déjà programmé un investissement de 574 millions d’euros dans la construction, la réhabilitation ou l’entretien. Et cette perspective-là, si la mesure est votée, tombe purement et simplement à l’eau », poursuit Georges Bellour.
Et François Cuillandre de rappeler que « BMH, en tant qu’organisme public à but non lucratif, ne réalise aucun profit. Chaque euro dégagé de ses activités est réinvesti dans l’entretien ou la construction de nouveaux programmes. Près de 3 millions par an sont ainsi consacrés à la remise au propre des logements, suite aux départs de locataires ».
Premier bailleur social breton, avec 18 700 logements, BMH salarie 323 personnes, et réalise 40 à 60 millions d’investissements annuels.

Commentaires

Votre commentaire sera publié après avis du webmaster du site.