Numérique, Economie, entreprises

Breizhcloud : Brest accueille une nouvelle offre de cloud

Mis en ligne le

Un hébergement informatique installé à Brest, stockant les données des entreprises clientes, avec une prestation sur mesure : telle est l’offre proposée par Pebsco Bretagne et Saféo avec le Breizh Cloud.

« C’est un challenge pour nous que d’installer des serveurs ici, commente Aymeric de Villeneuve, co-fondateur avec Thierry Pélabon de Pebsco Bretagne. Il y a une vraie demande des entreprises de savoir où sont stockées leurs données, comment elles sont protégées et de pouvoir y accéder. » L'ancrage local des données constitue en effet une préoccupation croissante des PME, de plus en plus sensibilisées à leur protection.

Un cloud brestois

Nestadio Capital et le Crédit agricole (Force29) soutiennent Pebsco qui a investi 2,4M€ en 2015 dans ce data centre. « Notre approche locale correspond à une demande de proximité et de sécurité des entreprises. Les grands groupes ont tous un service interne qui gère ces aspects. Nous proposons aux PME et TPE de mutualiser l’aspect sécurisation de leur data à travers nos serveurs, qui offrent les mêmes garanties que les autres. » 

Pebsco n'est pas le seul opérateur en hébergement de données à Brest. Depuis plusieurs années, le groupe Asten, basé au Relecq-Kerhuon, propose également une offre datacenter avec un service d'infogérance dédié. 

Utilisation à la demande

L’offre Breizh Cloud s’appuie sur un prestataire en infogérance (location d'hébergement). C’est lui qui « aspire » les données de l’entreprise pour les stocker sur les serveurs de Pebsco assurant notamment la maintenance et la mise à jour logicielle. 

D’où cette alliance avec Safeo, basé à Paris et ayant une agence au port de Brest, qui assure cette infogérance du cloud. « Nous leur proposons une offre sur mesure, explique Christophe Plessis, co-fondateur avec Antoine Moraillon. Nous ne facturons que ce qu’ils consomment. » La location repose sur des contrats de 24 à 36 mois.

Des PME visées

Une quinzaine de clients brestois leur font confiance, experts-comptables, concessionnaires auto… Un potentiel de 36 000 entreprises a été identifié en Bretagne, ce qui laisse envisager la création de deux autres data center en Côtes d’Armor et Morbihan d’ici à 5 ans. 

Mais la zone de chalandise s’étend bien plus loin : « Nous avons des clients à Amiens et Bordeaux, qui ont des attaches en Bretagne et qui souhaitent stocker leurs données à Brest. » La diaspora bretonne n’a rien de virtuelle !

Commentaires

Votre commentaire sera publié après avis du webmaster du site.