Economie, entreprises

Artisanat : embellie, projets et recrutements sur la métropole

Mis en ligne le

2 500 entreprises constituent le tissu artisanal de Brest métropole, soit 8 000 emplois. En 2016, l’embellie s’est confirmée et plusieurs secteurs recrutent. L’idée d’une pépinière fait également son chemin pour le haut de la rue Jaurès.

Philippe Portal, secrétaire général, Michel Guéguen président de la chambre de métiers et de l'artisanat du Finistère et Jean-Luc Polard, vice-président Services à la population, commerce et artisanat (Crédit : Chall) - , .JPG 1.2Mo () Philippe Portal, secrétaire général, Michel Guéguen président de la chambre de métiers et de l'artisanat du Finistère et Jean-Luc Polard, vice-président Services à la population, commerce et artisanat (Crédit : Chall)

Le bâtiment et l’alimentaire ont repris de la vigueur l’an passé, entraînant une hausse de 3% de la création-reprise de l’artisanat sur Brest métropole. 2 500 entreprises* et 8 000 emplois constituent le maillage économique du territoire. 
« Le marché particulier et l’éco-rénovation avec Tinergie, tirent l’activité vers le haut », se réjouit Michel Guéguen, président de la chambre de métiers et de l’artisanat, qui tenait son assemblée générale à Brest ce 26 juin.

Rôle central en centre-ville

L’occasion de rappeler les liens qui existent avec la métropole, à travers une convention « qui formalisera le rôle de chacun dans la dynamisation du commerce et de l’artisanat », souligne Jean-Luc Polard, vice-président Services à la population, commerce et artisanat.
Pour la métropole, l’artisanat tient un rôle pivot pour booster le centre-ville, comme inscrit dans la Stratégie  métropolitaine de développement économique (SMDE). Des espaces vacants comme le haut de la rue Jean-Jaurès « vont revivre grâce à l’artisanat et à la culture », souligne l’élu.
 

Une pépinière urbaine en haut de Jaurès

Pour cela, la métropole se base sur l’idée d’une pépinière d'entreprises urbaine qui mettrait à disposition des entreprises de moins de trois ans, créateurs et repreneurs, des cellules à loyers modérés, Les artisans-commerçants en pépinière bénéficieraient ainsi d'un loyer de pépinière et les propriétaires, bail commercial plus en adéquation avec l'état du marché.

Des discussions sont en cours avec huit propriétaires de locaux commerciaux sur 15 cellules identifiées, « pour cofinancer les travaux de rénovation. L'idée est que la collectivité porte le bail pendant quatre ans maximum. » Les façades vont bénéficier d’une opération de colorisation.
Aux Halles Saint-Louis, après la reconfiguration extérieure, le nettoyage de l’intérieur est programmé cette année afin « de laisser place à des animations et de la restauration selon un portage financier qui reste à définir », estime Jean-Luc Polard.

Des métiers qui recrutent

Ces projets sont de très bon augure pour l’artisanat finistérien, qui recrute fortement dans le bâtiment et les métiers de bouche. « Nous partons de très loin, commente le président de la CMA29, car le nombre d’apprentis a fortement chuté en quelques années. Aujourd’hui, avec la reprise, il y a beaucoup d’emplois non pourvus dans ces professions. »
      
 * Les services représentent 38 % des entreprises artisanales, le bâtiment 36%, les entreprises de production 13% et le secteur de l’alimentaire 13%.

Commentaires

Votre commentaire sera publié après avis du webmaster du site.