Economie, entreprises

Algues : le nouvel or de la pointe bretonne

Mis en ligne le

A la pointe bretonne, c’est une mine d’or végétale et marine qui se profile. Afin de soutenir la filière algues, de l’aider à se développer et à booster l’emploi, le pays de Brest vient de créer un cluster Algues.

Des algues et des tubes à essai, posés sur une paillasse de laboratoire - , .JPG 7.0Mo () Le cluster Algues du pays de Brest entend aider la filière à se développer, pour le développement économique de toute la région
© Pierrick Segalen

De la cosmétique à l’alimentation en passant par la santé, le potentiel des algues révèle chaque jour de nouvelles possibilités. Et, sur la pointe ouest de la Bretagne, l’environnement est idéal pour en tirer tout le parti : une biomasse exceptionnelle, « le plus beau champ d’algues au monde », selon les mots de François Cuillandre, président de Brest métropole et président du pôle métropolitain du pays de Brest, mais aussi des instituts de recherche scientifique à la pointe, et des entreprises au potentiel d’innovation reconnu… 

(Re)naissance symbolique

Le 13 septembre, c’est dans une belle symbolique que le cluster Algues du pays de Brest a été lancé, sur le site de Technature, au Relecq-Kerhuon.
L’entreprise, spécialisée dans la fabrication de cosmétiques à base d’algues, vient en effet tout juste de se relever de l’incendie qui avait ravagé son site de production en 2017. « Il était important de nous réunir ici pour lancer ce cluster, sur ce site qui symbolise la renaissance », a souligné Patrick Leclerc, vice-président du pôle métropolitain du pays de Brest.  

Booster d’emploi

Destiné à structurer et développer la filière sur tout le Pays de Brest, ce cluster a bénéficié du soutien d’un nombre impressionnant d’acteurs institutionnels : le pôle métropolitain du Pays de Brest, donc, mais aussi la région Bretagne et l’Union européenne, le technopôle Brest-Iroise et la chambre de commerce et d’industrie métropolitaine Bretagne Ouest (CCIMBO), ainsi que de trois banques.
Une belle mobilisation, au service d’une filière qui promet « des perspectives majeures pour l’économie et l’emploi », a poursuivi Patrick Leclerc. « Il était essentiel que le pôle métropolitain se lance dans cette réflexion, sur une filière qui pèse depuis longtemps dans notre économie, et peut constituer un vrai vecteur de développement économique », a confirmé François Cuillandre.

Transfert de connaissances

De fait, avec 40 entreprises qui travaillent actuellement dans le secteur et entre 700 et 800 emplois qui en dépendent, la filière ne demande qu’à se développer et à dynamiser toute une économie derrière elle. C’est tout l’objet du cluster, qui vise à renforcer la recherche et le développement, mais aussi le transfert de connaissances vers les entreprises, et à développer les coopérations entre acteurs.
Une démarche qui sera portée opérationnellement par la CCIMBO et le technopôle Brest-Iroise, où un poste vient d’être créé à cette fin. Maud Bernard, qui sera chargée d’animer le groupement, a logiquement intégré l’ équipe du Campus mondial de la mer, puisque la démarche rejoint la volonté du CMM de fédérer et structurer les acteurs de l’excellence maritime de la pointe bretonne.

Commentaires

Votre commentaire sera publié après avis du webmaster du site.