Allez au contenu, Allez à la navigation

  • Télécharger cette page en PDF
  • Imprimer
  • Envoyer par email
Passionné de Brest, Georges Lombard porta sur les fronts baptismaux la Communauté urbaine de Brest en 1974. © Archives municipales de Brest

15/09/2010

Brest métropole océane rend hommage à Georges Lombard, ancien maire de Brest et fondateur de la Communauté urbaine

Territoire / Compétences

Ancien maire de Brest et premier président de la Communauté urbaine de Brest, Georges Lombard est décédé le lundi 13 septembre 2010 à l’âge de 85 ans. Ce décès marque la disparition d'une figure majeure de l'histoire de la ville de Brest.

Homme politique breton, Georges Lombard est décédé à Brest le lundi 13 septembre 2010. Il avait 85 ans. Député (de 1958 à 1962), sénateur (de 1971 à 1989), conseiller général et conseiller régional, Georges Lombard fut aussi maire de Brest de 1959 à 1973. Au cours de ses mandats, il créa notamment la Communauté Urbaine de Brest, dont il sera le premier président de 1974 à 1977, puis de 1983 à 1989.

Pendant ses mandats furent construits l’usine d’eau potable de Pont-ar-Bled, le port de plaisance du Moulin Blanc, le Palais des arts et de la culture (ancêtre du Quartz), le début de l’Université, l’urbanisation de Bellevue et de la Cavale Blanche…

Les élus de Brest métropole océane s’associent à l’hommage rendu à Georges Lombard et invitent les habitants de la communauté urbaine à signer le registre mis à leur disposition dans le hall d’accueil de l’hôtel de ville de Brest.

 

Le communiqué de François Cuillandre,
maire de Brest et président de Brest métropole océane

   Avec la disparition de Georges Lombard, c’est une page importante de l’histoire de Brest qui se tourne. Son retrait en 1989 de la vie politique ne l’avait pas empêché de rester un citoyen attentif à la vie de sa ville, à laquelle il a consacré une grande part de ses engagements, de ses convictions et de sa passion. Je voudrais aujourd’hui saluer l’homme, Georges Lombard avec qui j’ai toujours partagé une même ambition pour Brest, métropole de l’ouest breton.

   Sa disparition à quelques jours des cérémonies de commémoration de la Libération de Brest, nous rappelle combien son action a été importante pour la reconstruction de Brest, pour faire de notre ville détruite un pôle urbain ambitieux, acteur du renforcement de la Bretagne dans une Europe en construction.

   En proposant en 1974 aux élus des communes proches de Brest la création volontaire de la Communauté Urbaine, il a fait preuve d’une intuition politique forte, marquée par un  véritable sens de l’intérêt collectif et d’une vision à long terme de l’avenir de l’ouest breton, bien loin des calculs politiques et des approches à court terme.

   Sa disparition ne lui permettra pas de voir en 2012 la mise en service du tramway, un projet dont il avait eu dans les années 80 l’intuition pour Brest.