Allez au contenu, Allez à la navigation

  • Télécharger cette page en PDF
  • Imprimer
  • Envoyer par email

Aïello Batonon, un champion du monde percutant

Avant de pratiquer la boxe thaïlandaise, Aïello Batonon a pratiqué le roller. Dès l'âge de 15 ans, il brillait sur les étapes du Brest Roller Tour / Photo Yvan BretonLe 2 avril dernier, le brestois Aïello Batonon (26 ans), est devenu champion du monde de boxe thaïlandaise, dans la catégorie des moins de 75 kg, version WPMF (World Professionnal Muay Fédération).

Un sacre et une récompense pour le gamin de Libreville (Gabon), sa ville de naissance, mais aussi pour son club, le Thaï Boxing Club de Brest, qu’Aïello a intégré en 2000. Sous la houlette du président Bruno Briand et de l’entraîneur Patrick Rebière, Aïello a grandi, a appris, mais pas sans soucis : « C’était un élève dissipé, souligne Bruno Briand. Il n’arrivait pas souvent à l’heure, il ne s’alimentait pas très bien. Lors des séances d’entraînement, il n’était qu’à 60 % de ses possibilités ».

Seulement voilà, Aïello Batonon, même en dilettante, était au-dessus du lot. Il possède ce don du pugiliste. Un truc en plus, une allure de félin, des bras longs, adroits et puissants qui, aujourd’hui, sont la fierté des 200 licenciés du club brestois, créé en 1993. A présent, Aïello savoure : « C’est le rêve, la consécration. J’ai atteint le sommet et le plus dur sera de retrouver de la motivation ». Et le brestois dispose de trois mois de « vacances », avant de défendre sa ceinture mondiale. Ce sera probablement loin de la rade de Brest et plutôt à l’étranger, cet été, pour Aïello, le premier champion du monde de l’histoire de la boxe brestoise toutes disciplines confondues (boxe anglaise, française et pieds-poings).


Tous les portraits et interviews