Allez au contenu, Allez à la navigation

Le saviez-vous ?

La légende veut que le célèbre gâteau « Paris-Brest » fut inventé en hommage à la célèbre course cycliste sans escale qui reliait Paris à Brest à la fin du XIXème siècle. 

Une question ?

  • Télécharger cette page en PDF
  • Imprimer
  • Envoyer par email

27/06/2011

Océanopolis et Brest métropole océane, partenaires scientifiques et sportifs du navigateur Bernard Stamm

Sports / Nautisme

Le nouveau bateau de Bernard Stamm, en cours d'assemblage à La Ciotat, aura pour port d'attache Brest / Photo Th. Martinez - Sea & CoC’est un partenariat scientifique et sportif que viennent de nouer Brest métropole océane, Océanopolis et le skipper Bernard Stamm. En effet, le « plus breton des marins suisses » et son voilier seront basés au port du Château de Brest où ils prépareront les prochaines grandes courses transocéaniques.

En cours de construction à La Ciotat, Cheminées Poujoulat, le nouveau voilier de 60 pieds Imoca du skipper Bernard Stamm sera convoyé vers Brest, son port d’attache, dans le courant de l’été. En effet, le « plus breton des marins suisses » a décidé de préparer au port du Château, en rade de Brest et en mer d’Iroise les prochaines grandes courses que sont la Transat Jacques Vabre 2011 et le Vendée Globe 2012.

Le voilier embarquera un station de mesures environnementales : le Mini Lab / Photo OcéanopolisCe partenariat sportif entre Brest métropole océane et Bernard Stamm se double d’un partenariat scientifique avec Océanopolis. En effet, le nouveau voilier du skipper servira aussi de plate-forme d’études scientifiques des océans. Piloté par Océanopolis, en lien avec l'Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne, un programme scientifique se met en place puisque le voilier embarquera une station de mesures environnementales : le Mini Lab. Des systèmes analogues existent déjà mais sont incompatibles avec la course au large, compte tenu de leur poids, leur taille et leur consommation d’énergie. L’originalité du projet consiste à réduire au maximum les volumes et les poids, tout en conservant leur performance. Ainsi est né le Mini Lab, un ensemble de trois boîtiers (entre 8 et 10 kg), alimenté par une pompe et capable de mesurer en temps réel des données océanographiques (température de l’eau, salinité, turbidité, CO2, fluorescence…).

«Nous avons décidé de travailler sur le premier mètre de la couche d’eau très riche en plancton, afin de transmettre de l’information en temps réel et surtout de comparer des informations en provenance des satellites. D’autre part, ces mesures seront réalisées sous le 50ème parallèle, là où peu de bateaux s’aventurent » explique Éric Hussenot, directeur d’Océanopolis à Brest. Les résultats de ces données viendront intégrer des programmes internationaux concernant par exemple, l’acidification des océans.&nb


Le site d'Océanopolis (www.oceanopolis.com)