Allez au contenu, Allez à la navigation

  • Télécharger cette page en PDF
  • Imprimer
  • Envoyer par email

Marie-Christine Derrien et Jocelyne Guével, activistes anti-VIH

Marie-Christine Derrien et Jocelyne Guével sont infirmières au CHU de la Cavale Blanche. Pour ces deux femmes, à l’origine du Centre de dépistage itinérant et qui vont à la rencontre des usagers depuis des années, la lutte contre le Sida est une évidence qui passe notamment par la prévention.

« Nous sommes dans le VIH depuis vingt ans ! » Dans le bus du Centre d’information et de dépistage anonyme et gratuit (CIDAG), Marie-Christine Derrien et Jocelyne Guével le revendiquent d’une même voix. Infirmières au CHU de la Cavale Blanche, ces deux engagées de la première heure ne montrent aucun signe de lassitude dans leur combat contre la pandémie. « À l’époque, nous avons vécu des moments difficiles. Aujourd’hui, avec l’amélioration apportée par les anti-rétroviraux, nous sommes plus dans des projets de vie sur du long terme, » expliquent-elles.

Pourtant, Marie-Christine Derrien et Jocelyne Guével mettent en garde : « Moins visible, le sida est toujours là. Il faut continuer à sensibiliser toutes les tranches d’âge et tous les milieux tant qu’on ne saura pas en guérir. Il faut dire que la meilleure protection c’est le préservatif, et il faut inciter les gens au dépistage. » En France, on estime à 50 000 le nombre de personnes infectées et qui l’ignorent.

En ce début d’hiver, dans le bus du CIDAG itinérant, il fait plutôt frisquet. Souriantes, Marie-Christine et Jocelyne accueillent les visiteurs avec chaleur et douceur. Sur une table, prospectus et plaquettes d’information côtoient petits gâteaux et jus de fruits. « La convivialité, c’est important. Et le fait que nous ne soyons pas dans une structure hospitalière, que nous allons vers les gens en facilitant le principe d’anonymat, est un vrai plus. » C’est cette évidence d’égalité dans l’accès aux soins pour tous qui a motivé la naissance du dépistage itinérant et la vocation de ces deux infirmières. 

« L’idée est née en 1995. La municipalité a sollicité les associations et les organismes impliqués dans la lutte contre le sida pour créer une initiative dans le cadre de la Journée mondiale de la lutte contre le sida. Nous avons alors proposé un dépistage hors les murs de l’hôpital qui s’est tenu, deux ans de suite, dans le hall d’honneur de la mairie. Mais très vite, le principe du bus s’est imposé. » Prêté par la ville de Brest, le bus est présent six jours par an place de la Liberté et deux sur le campus (RU de Kergoat et faculté Victor Segalen). Il tourne également sur huit villes du Finistère. Premier du genre en France, il a depuis fait des émules un peu partout. 

Dépistage anonyme et gratuit : 0800 840 800 ou www.sida-info-service.org

 


Tous les portraits et interviews