Allez au contenu, Allez à la navigation

  • Télécharger cette page en PDF
  • Imprimer
  • Envoyer par email

Claude Férec, professeur de génétique et directeur du site brestois de l’Établissement Français du Sang Bretagne

Le professeur Claude Férec, directeur du site brestois de l'Etablissement Français du Sang / Photo Yvon Jézéquel« A l’approche de Noël, les malades ont besoin de vous ! Le don de sang, un cadeau précieux » rappelle le professeur Claude Férec, pilier de la transfusion sanguine en Bretagne.

Quelle est la situation du don du sang aujourd’hui ?

Depuis le début des années 2000, les besoins en transfusion sanguine augmentent de 2% tous les ans. Notamment en globules rouges du fait de la hausse de la population âgée. Dans certaines régions de France, le déficit est important. Dans le Finistère, la situation est moins préoccupante. Mais on assiste tout de même à une légère baisse du nombre des donneurs. Les associations de bénévoles accomplissent un travail extraordinaire pour mobiliser les donneurs, mais certaines catégories sont plus difficiles à convaincre et à mobiliser. Notamment les jeunes qui sont des donneurs un peu volatiles. C’est pourquoi nous multiplions les messages dans les lycées, les facultés, les grandes écoles.

Qui peut donner son sang ?

Tout le monde ou presque ! L’âge minimum pour le don est de 18 ans. A l’autre bout de la vie, l’âge limite est désormais de 70 ans. En fonction du poids du donneur, un homme peut donner son sang cinq fois par an, une femme, trois fois par an. Tous les groupes sanguins sont le bienvenu. Bien sûr, les donneurs universels de type O- ou A- sont précieux. Idem pour le groupe sanguin AB, notamment pour les dons de plasma. Mais, je le répète, chacun peut donner son sang et ainsi sauver des vies.

Le don du sang est-il sûr aujourd’hui ?

L’affaire du sang contaminé a laissé des traces. La confiance est revenue progressivement mais les épisodes plus récents de la vache folle ou de la grippe ont sans doute perturbé les donneurs potentiels. Aujourd’hui, le dispositif de don du sang, de plaquettes et du plasma est extrêmement fiable. Un maximum de sécurité, de verrous ont été apportés avant le don. Le premier des filtres étant le questionnaire médical préalable au don réalisé par un médecin. Ensuite, nous procédons à la qualification biologique des dons au cours de laquelle nous recherchons des marqueurs viraux.

C’est un combat permanent ?

La recherche avance, mais le sang artificiel n’est pas à l’ordre du jour. Durant une ou deux générations au moins, nous aurons besoin du sang des donneurs. Le don de sang reste donc irremplaçable pour des milliers de malades atteints de pathologies graves ou de maladies génétiques, mais également les grands brûlés, les accidentés de la route ou les personnes subissant des hémorragies importantes (accouchements, chirurgie…). Mobiliser la population autour du don de sang à l’approche des fêtes de fin d’année est essentiel. En effet, on constate tous les ans au mois de janvier une baisse des dons alors que la consommation en produits sanguins, après une période d’accalmie liée aux fêtes de fin d’année, reprend fortement.

Où donner son sang à Brest et dans le Finistère ?

Le site de l’EFS de Brest (rue Félix Le Dantec) accueille les donneurs tous les jours, pour des dons de sang, de plasma et de plaquettes (pour ces deux derniers, il faut prendre rendez-vous au 02 98 44 50 77). D’autre part, avec l’appui des associations de donneurs de sang, des collectes sont effectuées par les dix médecins et infirmières de l’EFS dans les communes, entreprises, administrations… du Finistère. Pour connaître les différents lieux de collecte (fixes et mobiles) et les conditions pour donner son sang : www.dondusang.net.

 


Tous les portraits et interviews