Allez au contenu, Allez à la navigation

  • Télécharger cette page en PDF
  • Imprimer
  • Envoyer par email
Située à 40 kilomètres de la capitale Ouagadougou, Saponé, commune rurale de 34 villages compte 40 000 habitants.

28/09/2010

Brest métropole océane et la Ville de Brest renforcent leur coopération avec Saponé au Burkina Faso

Solidarité / Proximité

François Cuillandre, maire de Brest et président de Brest métropole océane, et François Konseiga, maire de Saponé, ont signé deux conventions de partenariat par lesquelles Brest s’engage à aider la commune du Burkina Faso dans les domaines de l’eau potable et du micro-crédit.

Commune rurale du Burkina Faso (l’un des pays les plus pauvres de la planète), située à une quarantaine de kilomètres de la capitale Ouagadougou, Saponé compte 40 000 habitants répartis en 34 villages sur un territoire de 100 km2 (soit environ la moitié de la communauté urbaine de Brest). Portés par des associations et des citoyens brestois qui ont développé des relations d’amitié, les liens entre Brest et Saponé sont anciens. Un accord de jumelage a été conclu en 1989 et renforcé en 2007.

Afin de résoudre un grave déficit en eau potable, la mairie de Saponé compte sur la solidarité brestoise pour construire un forage à moins d'un kilomètre de chaque habitation.Brest métropole océane et la Ville de Brest s’engagent aujourd’hui dans deux nouveaux projets de coopération. Ainsi, dans un pays où la question de l’eau potable est cruciale, Brest métropole va participer à hauteur de 70 000 euros (soit 1% du budget Eau et Assainissement de la collectivité brestois) à la création de forages dans les villages isolés ou la réhabilitation de pompes en mauvais état. L’objectif de la mairie de Saponé est de disposer d’un forage pour 300 habitants et situé à moins d’un kilomètre de chaque habitation.

De son côté, la Ville de Brest s’engage dans un programme en direction des femmes les plus vulnérables de la commune de Saponé. Il s’agit de permettre à 100 femmes de bénéficier d’un microcrédit de 100 euros en moyenne afin de démarrer une activité de négoce de céréales génératrice de revenus pour elles et leur famille.