Allez au contenu, Allez à la navigation

  • Télécharger cette page en PDF
  • Imprimer
  • Envoyer par email

Le square Mathon

Le Square Mathon, au coeur de la cité

S’il fallait désigner le centre de la ville sur la carte, le doigt se poserait sur le square Mathon.

Le cœur de Brest est donc un jardin. Signalé de loin par l’obélisque du monument aux Morts qui le surplombe, il fait le lien entre les deux artères principales de la ville : les rues de Siam et Jaurès, séparées par la Place de la Liberté.

Au départ, ce fut un espace vert créé par Jean-Baptiste Mathon, artisan de la reconstruction de Brest. Il est redessiné en 1999 par Bernard Huet, concepteur du réaménagement de la Place de la Liberté, lequel opte pour une recomposition en creux par rapport à l’origine.

Ce square vient mettre en scène des pans d’histoire disparus. Le chantier a mis au jour des vestiges des remparts de la vieille cité : un tronçon de voie pavée, une contrescarpe, un reste de fortification de la ville avec une de ses anciennes portes, une douve, qui ont, à dessein, été intégrés au site.

Dans le prolongement du pont surplombant la douve se trouve un plan en bronze de la ville ancienne, d’une maquette resituant Brest au 19è siècle. L’apport pédagogique fait l’un des intérêts du site.

Le square Mathon est un lieu de repos, un lieu de passage aussi. A l’abri des vents dominants, ce jardin public est très apprécié des Brestois.
Le végétal habille le minéral en beauté : honneur aux haies de camélias qui ceinturent le site, aux collections de plantes de terre de bruyère.
Une place de choix est réservée à des arbres remarquables, parmi lesquels, les magnolias à floraison blanche, rose, les cépées de Liquidambar et les érables du Japon.

De nombreuses plantes annuelles grimpantes qui montent à l’assaut de la pergola complètent la richesse botanique du site. Si les saisons restent bien marquées, les floraisons se succèdent en permanence. Il faut voir dans ceci l’effet conjugué du talent du service des Espaces Verts de la Ville et la douceur de notre climat océanique.