Allez au contenu, Allez à la navigation


Le saviez-vous ?

Plus de 700 tonnes de matières plastiques sont recyclées chaque année par le service « Propreté-déchets » de Brest métropole océane. 

Une question ?

  • Télécharger cette page en PDF
  • Imprimer
  • Envoyer par email

L’eau est le fil conducteur de l’action de la collectivité brestoise permettant de résumer les enjeux environnementaux que l’on rassemble aujourd’hui dans ce concept récent d’écologie urbaine.

Cette eau, qu’elle soit issue des ruisseaux et rivières, des nappes souterraines ou des plans d’eau naturels ou artificiels, doit être rendue potable dans un premier temps, puis « assainie » dans une second temps avant de rejoindre ce formidable réceptacle naturel et fragile qu’est la rade de Brest.

Ces enjeux de qualité et de préservation des ressources naturelles  (eau, air, énergie) sous-tendent aussi bon nombre des politiques menées par Brest métropole océane dans les secteurs de la protection des milieux naturels et sensibles (comme les zones humides), de l’énergie (production d’énergie par la valorisation des déchets ménagers d’une part et économies d’énergie d’autre part), de la propreté des espaces urbains (l’objectif « zéro pesticides » sera bientôt atteint), de la participation des citoyens avec les campagnes de communication (économies d’énergie, tri des déchets, jardinage naturel, propreté des espaces publics…). Toutes ces pratiques figurent en bonne place dans l’Agenda 21 de Brest métropole océane qui veut aussi associer les habitants de la communauté urbaine aux enjeux du développement durable.

La mise en service d’une première ligne de tramway (mode de déplacement propre et écologique) en juin 2012 participe aussi à cet objectif d’écologie urbaine et de qualité de la vie en ville.