Allez au contenu, Allez à la navigation

  • Télécharger cette page en PDF
  • Imprimer
  • Envoyer par email
Julie Huart, en compagnie de ses parents / Photo DR

05/03/2012

Prix de la vocation scientifique et technique : Julie Huart récompensée à Brest

Développement / Rayonnement

Étudiante à l’UBO, Julie Huart vient de recevoir le Prix de la vocation scientifique et technique pour l’excellence de son parcours de formation dans une filière où les filles sont rares.

Depuis 1994, Brest métropole océane participe au Prix de la vocation scientifique et technique, piloté par le ministère en charge de l’égalité entre les femmes et les hommes. L’objectif de cette manifestation est simple : c’est un prix qui vise à promouvoir l’accès des filles aux formations technologiques et scientifiques et, de manière plus générale, à insuffler plus de parité dans notre société.

Outre d’excellents résultats scolaires, les candidates doivent appartenir à des filières où les filles constituent moins de 40% des effectifs. Pour l’année 2011, 650 lauréates ont été retenues à l’échelon national. Parmi celles-ci, la Bretagne est bien représentée puisque, parmi les 177 dossiers présentés au jury régional en novembre dernier, 61 jeunes femmes ont été récompensées.

Sur le territoire de Brest métropole océane, la palme et la bourse de 1000 euros, qui est associée à cette distinction, ont été remises à Julie Huart, 19 ans, étudiante à l’Université de Bretagne occidentale et habitant au Relecq-Kerhuon. Son parcours d’études est très représentatif de l’absence de jeunes filles dans certaines filières de formation alors qu’elles y réussissent très bien. Après avoir expérimenté une première scientifique générale, où elle n’a pas trouvé ce qu’elle espérait, Julie Huart s’est orientée vers une classe de première STI - Science et techniques de l’industrie - au lycée Vauban à Brest. Julie Huart a obtenu le baccalauréat avec une mention bien et continue d’explorer des territoires de formation où les filles ne sont pas légion.

Après la mécanique au lycée, elle découvre cette année le génie électrique et l’informatique industrielle en première année de DUT à Brest. Tout en restant parmi les meilleurs de la promotion, Julie Huart peut aussi mesurer le pas qui reste à franchir pour que les deux sexes soient mieux représentés dans cette filière technologique : elles ne sont que trois filles pour les 80 étudiants inscrits.