Allez au contenu, Allez à la navigation

  • Télécharger cette page en PDF
  • Imprimer
  • Envoyer par email

05/12/2011

Sciences et technologies de la mer : Brest dans le Top 3 mondial

Développement / Rayonnement

Une étude scientifique inédite, réalisée à l’initiative des acteurs scientifiques de Brest et de Bretagne, met en exergue le tout premier plan mondial de Brest dans le domaine de la recherche en sciences et technologies de la mer.

Le classement dit de Shanghaï propose de classer les principales universités du monde sur la base de six critères objectifs. Ce classement fait référence en la matière. Mais il ne permet pas d’appréhender les spécificités de chaque site universitaire. Il en va ainsi pour la recherche spatiale ou les sciences et techniques marines. Ce domaine où Brest entend faire valoir ses compétences et ses moyens dans un environnement planétaire très concurrentiel. Mais il ne suffit pas de l’afficher, encore faut-il le montrer et le démontrer. C’est ce postulat qui a servi de trame à l’étude que vient de réaliser l’Adeupa (Agence d’urbanisme du Pays de Brest).

Il s’agit là d’une première mondiale : le classement de Brest entend établir une comparaison des moyens et du rayonnement scientifique des grandes métropoles maritimes du monde. Pour ce faire, un comité de pilotage réunissant les principaux organismes universitaires et de recherche en sciences et technologies de la mer s’est appuyé sur plusieurs critères (nombre de chercheurs, rayonnement, production scientifique) pour établir un classement. Le comité de pilotage a retenu un certain nombre de villes où les sciences de la mer occupent une place importante tant au niveau de la formation-recherche que des secteurs d’activités économiques liés. Le point de départ a été celui du périmètre géographique : l’agglomération. Pour Brest, ce site est étendu à l’Ouest breton qui constitue un véritable système territorial autour de fonctions métropolitaines comme l’enseignement supérieur, la recherche et les filières structurantes comme la filière maritime.
Après un an de travail, les résultats confirment le rang de tout premier plan occupé par Brest, non seulement à l’échelon européen mais aussi dans le monde. Ainsi, avec 652 chercheurs, le site de Brest occupe la première place du podium européen et se hisse au quatrième rang mondial (derrière Qingdao et Shanghaï en Chine et Hobart en Australie). Brest est aussi première ex-aequo avec Tokyo à disposer de l’ensemble des équipements scientifiques répertoriés pour la recherche en océanographie. Au niveau national cette fois, la plate-forme brestoise est tête de liste et bien classée au niveau européen pour ses projets de recherche. Enfin, en terme de publications scientifiques, Brest est au sixième échelon mondial et dans les trois premiers sites en Europe. Ce potentiel hisse Brest au rang de capitale européenne en sciences et techniques de la mer. Cette première étude scientifique en la matière, et ses conclusions qui ne manqueront pas d’être valorisées par les acteurs brestois, confortent le rôle prédominant de Brest en Europe dans un secteur à fort potentiel de développement économique. Une étude qui justifie aussi les décisions de l’Etat qui a sélectionné un premier volet de projets « mer » dans le cadre du programme Investissements d’Avenir, dont le Laboratoire d’excellence pour l’étude des océans (Labex Mer) ou le développement des énergies marines renouvelables.

En savoir +

Réalisée par l’Adeupa et pilotée par le Technopôle Brest Iroise, l’étude complète est consultable sur internet :
www.adeupa-brest.fr/brest-et-la-mer.php