Allez au contenu, Allez à la navigation

  • Télécharger cette page en PDF
  • Imprimer
  • Envoyer par email
Déjà en pointe dans le secteur de l'hydrolien, Brest devient le pôle français dans le domaine des énergies marines renouvelables / Photo DCNS Brest

12/03/2012

Investissements d’avenir : la plateforme brestoise France Énergies Marines sélectionnée

Développement / Rayonnement

Dans le cadre du programme des Investissements d’Avenir, l’État a annoncé la labellisation du projet France Énergies Marines (FEM), plate-forme technologique dédiée au développement des énergies marines, basée à Brest.

Implantée au Technopôle Brest-Iroise, la plate-forme de recherche et d’essais dont la création avait été annoncée en décembre 2009, est appelée à devenir un Institut d’excellence mondiale dans le domaine des énergies décarbonées (IEDD). Aux côtés d’Ifremer et d’EDF, des industriels privés engagés dans des projets de diversification (GDF Suez, Alstom, DCNS, STX ou Areva) suivent de près la nouvelle plate-forme brestoise qui va générer une cinquantaine d’emplois à terme. Leur mission : coordonner la recherche, la documentation et les essais sur toutes les formes d'énergies marines renouvelables : éolien offshore fixe et flottant, l'exploitation des courants et de la houle.

Le développement des énergies marines renouvelables figurait parmi les objectifs du Grenelle de l'environnement : réduction des émissions de CO2, diversification des sources d'énergies... Il permet également de valoriser un secteur dans lequel la France, surtout à Brest, possède un potentiel très important. Sans attendre cette labellisation, la Région Bretagne a d'ores et déjà lancé un programme d’investissements de 134 millions d’euros pour développer le port de commerce de Brest, avec la création d'un polder de 12 ha dédié à l'assemblage des éoliennes et hydroliennes et d'un nouveau quai d'embarquement.