Allez au contenu, Allez à la navigation

  • Télécharger cette page en PDF
  • Imprimer
  • Envoyer par email

Nolwenn Leroy, bretonne et citoyenne du monde

L’ex-finaliste de la Star Ac a troqué les paillettes pour ses racines, et n’a pas perdu au change ! Adoubée par des parrains de prestige, dont les Brestois Squiban et Miossec, Nolwenn Leroy est devenue la « Bretonne » dont les galettes celtiques font danser tout le pays sur les airs revisités de la tradition. Et c’est à Brest, sa terre d’origine, qu’elle a choisi de faire ses premiers pas sur scène, en mars dernier. 

Face au succès de votre album « Bretonne », certains veulent pointer un petit côté « récupération » commerciale de la culture bretonne…

Au départ, certains ne savaient pas quoi penser de ce projet, mais une fois qu’ils ont entendu l’album, je crois qu’ils se sont rendu compte que c’est un formidable coup de projecteur sur la Bretagne, dont je ne suis que le modeste vecteur. Quant au côté récup'… la Bretagne n’appartient à personne !

En écrivant pour vous, Didier Squiban et Miossec vous ont offert un parrainage de choix.  Comment avez-vous perçu cette reconnaissance ?

C’est formidable ! Au moment où je travaillais sur le projet, les gens de Paris ne le comprenaient pas vraiment… Eux m’ont fait confiance, ont trouvé l’idée séduisante et originale !

Tout cela vous donne-t-il envie de vous rapprocher de vos racines ?

Grâce à « Bretonne », je renoue avec les bons souvenirs de mon enfance en Bretagne, et les plus belles années de ma vie ! Je reviens aussi jouer ici grâce à l’album. Et même si je me vis comme citoyenne du monde, l’idée est de ne jamais oublier d’où je viens. 

Plutôt Paris, plutôt Brest ou plutôt Paris Brest?

Je suis devenue une parfaite Parisienne mais quand sur le pont des Arts je regarde l'eau de la Seine... c'est à la mer et à la Bretagne que je pense !

Votre meilleur souvenir d'enfance, votre pire souvenir de carrière?

Traîner sur la plage en Bretagne, chercher des crabes sous les pierres, et crapahuter sur les rochers. Mon pire souvenir de carrière ? Peut-être les Eurobest (finale entre tous les gagnants des Star Academy d'Europe). Une période à vite oublier.

Ce dont vous êtes la plus fière à ce jour dans votre carrière ?

Avoir su garder mon intégrité artistique et humaine... Je ne suis pas prête à tout pour arriver, et tout ce que j'obtiens, je ne le dois qu'à moi même. 

Votre dessert préféré ?

Les crêpes miel citron

Et Brest dans tout ça ?

Et bien je suis à Brest en ce moment* et je me dis qu'il n'est pas possible que je continue à vivre sans cela : le port, la mer... Brest, c'est la porte d'un ailleurs : on est à la pointe de la terre avec l'infini pour seule perspective, et cela change forcément la manière de penser...


Tous les portraits et interviews