Allez au contenu, Allez à la navigation

Le saviez-vous ?

« Tonnerre de Brest ! » : le célèbre juron cher au Capitaine Haddock est une référence aux coups de canon qui annonçaient chaque jour l'ouverture et la fermeture des portes de l'arsenal à 6 heures et à 19 heures.

Une question ?

  • Télécharger cette page en PDF
  • Imprimer
  • Envoyer par email
© Simon Cohen

19/07/2012

Tonnerres de Brest 2012 : Java au Port des records

Culture

Pour le dernier coup de canon des Tonnerres de Brest 2012, la fête a mis à l'honneur l'Indonésie. Le pays aux 17 000 îles a la lourde tâche de conclure en beauté les festivités… Entre tours de pousse-pousse et parties de cerf-volant, au coeur des légendes et des mystères d'un autre monde, il n'y avait pas de meilleur choix pour s'aérer la tête une dernière fois, rêver aux contrées lointaines et, peut-être, aux voyages de demain.

L'ultime vire-vire des Tonnerres de Brest a mis à l'honneur les Sandeq indonésiens, ces voiliers rapides traditionnellement conçus pour la pêche aux poissons-volants, et leurs équipages. Les catamarans de sport et les trimarans océaniques les ont accompagnés pour un dernier tour de rade qui n'a pas manqué d'allure. Hier soir, le feu d'artifice de clôture était tiré au-dessus du port du château et de l'entrée de la Penfeld. Mais attention, car les derniers feux n'ont pas sifflé définitivement la fin d'une si jolie partie. Il reste encore la grande parade en rade.

Inauguration du Village Indonésie

© Studio benMercredi matin, la grisaille n’aura pas réussi à gâcher la belle fête que l’Indonésie avait réservée à la délégation officielle pour l’inauguration du Village. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les danses tribales, les musiques et les couleurs chamarrées des costumes traditionnels ont largement réchauffé les quais du Port de Commerce. François Cuillandre, Maire de Brest, et Jean-Claude Lardic, adjoint au maire de Brest, l’Ambassadeur d’Indonésie, Monsieur Rezlan Ishar Jenie, accompagné notamment de Mr Kompas, représentant du Ministère de la Pèche indonésien ont parcouru les différents stands du Village où chacun avait réservé à la délégation officielle un accueil des plus chaleureux : dégustation de cocktails de fruits exotiques, découverte des sandeqs et des arts traditionnels et remise de cadeaux. Syafsir Akhlus, Conseiller de Coopération Scientifique et culturelle de l’Ambassade d’Indonésie : « Nous tenons à remercier les Tonnerres de Brest de nous avoir invités. C’est l’occasion pour nous de présenter notre pays, notre culture. A travers ces échanges culturels, nous apprenons à mieux nous connaître. La visite de notre Ministre de la Pêche montre qu’au-delà des festivités, le but est de mettre en place des coopérations réelles entre les deux pays, en particulier dans le domaine scientifique et océanographique ».

L’Indonésie, invitée d’honneur

L’Indonésie et ses 17 508 îles forment le plus grand puzzle maritime mondial et certaines “pièces” ont un nom qui sent l’aventure : Java, Sumatra, Bornéo ou Bali. L’occasion de prendre le large avec les Tonnerres de Brest et de découvrir ce pays fascinant ! De fait, le village ressemble à un port indonésien, une étape de la route de la soie qui passerait par la rade de Brest. Le bécak (vélo pousse-pousse) circule entre les boîtes de krupuk (biscuits vendus dans la rue) et les Kaki Lima, ces restaurants sur charrette qui vendent beignets, fruits coupés, ou boulettes de poisson. Dans les airs, les cerfs-volants se disputent le ciel et les visiteurs peuvent s’initier au gamelan, le tambour traditionnel ou s’essayer au “batik indonésien”, une technique d’impression qui a été inscrite par l’UNESCO au patrimoine culturel immatériel de l’humanité. Des troupes de ballets Dayaks et Kutai animent le village pendant que les charpentiers travaillent sur une coque de bateau de pêche. Il y a également des films, de la vannerie, des photos, des dégustations… Bref, presque autant de choses à faire qu’il y a d’îles dans l’archipel.

Sans rire… des Sandeq ?

Ces incroyables trimarans indonésiens sont originaires de l’île Sulawesi. Bateaux de pêche à l’origine, les trois modèles présents à la fête sont bien des bateaux de régate, plus grands et plus toilés. Pouvant atteindre une vitesse de 15 ou 20 nœuds, ce sont de loin les plus rapides de toute la flottille traditionnelle présente à Brest ! Gert Lehman, charpentier au Chantier du Guip, est allé choisir les Sandeq sur leur île au mois de septembre dernier. « Pour les transporter j’ai dû découper certaines pièces qui ne rentraient pas dans le container, et nous les avons remis en état ici juste avant la fête.  C’est tout un savoir-faire de naviguer à bord de ces bateaux. Le Sandeq garde son équilibre grâce au poids de l’équipage qui va se mettre sur le flotteur au vent, en bambou. Comme le bateau est très long, il n’est pas très manœuvrant mais procure de très bonnes sensations ! »

Et aussi…

Lancement du quai des Records au port du Château

© Studio benBrest aime accueillir ces marins d’exception qui ont choisi la ville comme plate-forme de départ et d’arrivée de leurs aventures maritimes. Les Brestois et tous les amoureux de la mer et des marins sont venus en nombre à toutes les arrivées de records antérieurs. C’est pourquoi, Brest a choisi de leur rendre hommage en leur offrant « une promenade des records » sur le quai Eric Tabarly au port du Château se matérialisant, au sol, par les empreintes de mains des navigateurs ayant battu un record. Ce projet a officiellement été lancé mercredi 18 juillet à 16 heures, sur le stand de Brest métropole océane, en présence de François Cuillandre, également président de Brest métropole océane et d’Olivier de Kersauson. Les premières plaques seront posées sur site début 2013.

Le SHOM, guide de tous les marins

Installé au sein du pôle technologies maritimes sur la rive droite de la Penfeld, le Service Hydrographique et Océanographique de la Marine joue un rôle indispensable, voire vital, pour les marins, quels que soient leurs métiers. A l’occasion des Tonnerres de Brest, un espace de 150 m² vous présente ses différentes attributions et les matériels dont il dispose : hydrographie générale, soutien de la défense, soutien aux politiques publiques. Et, vous aurez sans aucun doute remarqué la présence du « Beautemps-Beaupré » qui, le temps des fêtes, vous ouvre sa coupée. La silhouette blanche de cet impressionnant bâtiment hydrographique tranche incroyablement aux côtés de celle de son voisin de quai, le Götheborg.  C’est aussi ça les Tonnerres de Brest : richesse et diversité du patrimoine maritime mondial !

Constructeurs d’un jour

Construire un bateau en six jours… C’est possible ! Sur le stand de la construction navale, les apprentis charpentiers l’ont fait. Plusieurs associations et un lycée se sont côtoyés et ont construit canots et canoës pour le plus grand bonheur des visiteurs captivés par l’activité du chantier éphémère. Parmi eux, six canoës caïmans étaient en chantier, construits par les ‘visiteurs-stagiaires’ de l’Atelier Bois Courbe, qui mettait en place l’activité pour la deuxième fois aux fêtes maritimes de Brest. « Ces amoureux du bateau n’ont pas de profil particulier, raconte Thierry Piat, l’un des deux formateurs. Certains sont bricoleurs, d’autres le deviennent pour l’occasion. Mais tous sont très bons élèves. Ils ont commencé vendredi à travailler la matière première, de longues lamelles de contre-plaqué marin. Avec Samir Antri-Bousar, le fondateur de l’Atelier, nous organisions un briefing avant chaque étape de la construction, découpe, assemblage…»  Ce mercredi a été l’heure de la consécration pour les constructeurs d’un jour qui ont mis tant d’ardeur à la tâche. Après une procession en musique depuis les chantiers, les embarcations ont été mises à l’eau en grande pompe à la cale du 3e bassin du port de commerce.

Les toiles de mer dans le « hangar à patates »

Toile de mer 2012. Photo DR.En 1991, Hugo Canesson et les organisateurs de Brest 92 envoient par la poste une plaque de bois vierge (de l'iroko de 80cm sur 30cm) à tous les participants inscrits de la première édition des fêtes maritimes et leur demandent de représenter leur bateau, leur port d'attache ou tout ce qui symbolise leur univers maritime. Lorsque les bateaux arrivent à Brest, à l'été 92, les premières plaques ont fait le voyage. Pas moins de 300 « Toiles de Mer », un condensé de tradition maritime, d'amour des bateaux, de passion reportés sur ces représentations très diverses. L'étonnant patchwork tisse un lien universel, celui de marins qui expriment librement l'objet et la représentation de leur passion. Durant les éditions suivantes, du monde entier, les marins n’ont cessé de rapporter leur plaque décorée : peintures, objets sculptés, bois flottés rapportés... Vingt ans après l'arrivée des premières,  huit nouvelles Toiles de mer apportées cette année s'ajoutent aux 1170 exposées à Brest sous le «hangar à patates»,  au cœur de la fête. Pour le grand plaisir des visiteurs.

Espace Chiloé

Lors de cette 6e édition des fêtes maritimes de Brest, la province de Chiloé au Chili était la seule représentante d’Amérique du sud. Peuplé par 150 000 habitants, l’archipel est renommé pour ses maisons sur pilotis et ses églises en bois (classées au patrimoine mondial de l’UNESCO). C’est un important lieu de pêche où la construction de bateaux en bois n’a jamais cessé. Sur cet espace, près du deuxième bassin de Penfeld rive droite, le public a pu découvrir un stand des ancres chilotes, un atelier de tissage ainsi que des expositions de maquettes d’embarcations traditionnelles et de vannerie.

La SNSM en force à Brest

Toujours là quand on a besoin d’eux, les Sauveteurs en Mer sont bien évidemment présents à la fête ! Ils assurent d’ailleurs la sécurité des hommes tous les jours dans la rade. A terre, les Sauveteurs en Mer les stations du Conquet et de Portsall se succèdent pour présenter leur activité, et notamment le centre de formation des nageurs sauveteurs de Brest, et proposer à la vente une foule de vêtements et d’objets siglés à leur effigie. « Nous allons beaucoup au devant des jeunes, ils viennent prendre une photo souvenir, essayer nos nouvelles combinaisons… Ils sont très réceptifs » explique Caroline, canotière embarquée de la station de Portsall. Au port, une dizaine de canots tout temps de toutes les époques sont présents : des tout premiers à rame et à voile jusqu’au dernier né équipé d’une cale à zodiac sous le pont du bateau. Mais la SNSM ne fait pas que de la figuration ! Tous les jours les zodiacs du centre de formation ont sillonné la rade pour assurer la sécurité de la multitude de bateaux qui participe à la fête. Chaque jour un canot tout temps complétait le dispositif. On l’avait dit, ils sont indispensables !

Départ de la grande parade, jeudi 19 juillet à 10 heures

Vieux gréements, bateaux de travail, de course, de la Marine, vedettes à passagers…  Jeudi à 10 heures, tous s’élanceront pour la grande parade entre Brest et Douarnenez. Au total, plus de 900 embarcations se retrouveront sur l’eau. Autant le dire, c’est une véritable armada qui défilera dans la rade et longera la presqu’île de Crozon avant de rejoindre Douarnenez. Pour ceux qui n’auront pas la chance d’être sur l’eau, les points de vue pour profiter du spectacle sont nombreux : la grande digue du port du Château, le sentier côtier menant au phare du Porzic, les Tas de Pois ou encore la pointe du Toulinguet. Impossible de manquer le spectacle !