Allez au contenu, Allez à la navigation

Le saviez-vous ?

« Tonnerre de Brest ! » : le célèbre juron cher au Capitaine Haddock est une référence aux coups de canon qui annonçaient chaque jour l'ouverture et la fermeture des portes de l'arsenal à 6 heures et à 19 heures.

Une question ?

  • Télécharger cette page en PDF
  • Imprimer
  • Envoyer par email

28/02/2012

De Dunkerque aux Lavezzi, l’artiste brestois Râmine croque les phares et balises

Culture

Sous la palette riche et mélodieuse du peintre brestois Râmine, les phares de France prennent des formes dynamiques et originales dans un petit livre coup-de-coeur !

Artiste brestois d’origine persane, Râmine met en lumière et en couleurs 80 feux de France à travers ses dessins, peintures et compositions. De Dunkerque Le Mauresque à Giraglia, premier éclat corse en passant par la vieille du raz de Sein ou Ar Men le légendaire, tous ont été visités, croqués puis interprétés par un passionné depuis une vingtaine d’années (aux éditions Glénat).

Parmi les 62 phares croqués par Râmine : Kermorvan, la tour carrée du Conquet ; Le Stiff, le vétéran ; Le Créac’h, le plus puissant du monde ? ; La Jument dans la précipitation ; Kéréon, prince du Fromveur et de Men Tensel ; Pierres-Noires, sentinelle d’Iroise ; Saint-Mathieu, le mystique ; Petit-Minou, le chat perché ; Le Portzic, la vigie de la rade de Brest ; La Vieille du raz de Sein ; Sein, le généreux ; Ar-Men, le dernier bastion ; Eckmühl, le Bigouden…